Le cardinal Kasper pour le mariage homosexuel

Voici le texte du Cardinal Kasper :

« le deuxième mariage, bien sûr, n’est pas un mariage au sens chrétien du terme. Et je serais opposé à ce qu’on le célébrer à l’église. Mais il y a (dans cette union)certains éléments du mariage. Je comparerais cette union à la manière dont l’Eglise catholique considère les autres Eglises. L’Eglise catholique est la véritable Eglise du Christ, mais il y a d’autres Eglises qui possèdent des éléments de la véritable Eglise, et nous reconnaissons ces éléments. De la même manière, nous pouvons dire que le vrai mariage est le mariage sacramentel ; le second n’est pas un mariage au même titre, mais il possède des éléments de celui-ci : les partenaires prennent soins l’un de l’autre, ils sont liés exclusivement l’un à un autre, il existe l’intention de demeurer dans ce lien, ils prennent soins des enfants, mènent une vie de prière, et ainsi de suite. Ce n’est pas la meilleure situation, c’est la moins mauvaise. »

Il est vrai que le titre est un peu provocateur, car le cardinal évoque les divorcés-remariés, homme et femme, même si cela n’est pas précisé. Ce pauvre homme n’en n’est pas encore (officiellement ?) à ce point de déchéance : ces paroles concernaient « juste » un couple adultère, des « partenaires » comme dit si bien Kasper. Il n’en reste pas moins que de tels arguments peuvent s’appliquer aux homosexuels.

Voilà les fruits de ce concile Vatican II ! Voilà la « morale » de cette nouvelle « Eglise » !

Le bûcher de l’inquisition pouvait avoir du bon.

Austremoine