Nous avons tous le devoir de crier notre colère

« Maintenant je suis quasiment persuadé que je verrai la fin de la FSSPX car la division crève les yeux et n’importe quel petit clerc de province publie comme il l’entend sur des sujets si graves qu’ils devraient être réservés à Mgr Fellay seul. », Nemo, Vers la désintégration de la FSSPX ? en réponse à Canonisations des papes Jean XXIII et Jean-Paul II : Non possumus, par l’abbé Rousseau – 3 octobre 2013

Voici ce que publie un intervenant du forum catholique au sujet du texte de monsieur l’abbé Rousseau dénonçant la canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II.

Tout n’est pas faux : le division crève les yeux, c’est une évidence, entre le site du district de France qui garde une parole libre pour prêcher le Foi et dénoncer l’erreur, fût-elle le fait des papes, et la communication de DICI qui a publié un texte vide et sans conviction, et surtout sans condamnation et dénonciation de ce dernier scandale.

La division est née de la désobéissance du Conseil Général au Chapitre Général de 2006 qui interdisait toute considération d’un accord pratique avant un accord doctrinal. La division est béante depuis la rédaction, la diffusion et la justification du préambule doctrinal du mois d’avril écrit par Mgr Fellay, avalisant l’herméneutique de la réforme de Benoît XVI. Que personne ne dise qu’il a été rétracté puisque Mgr Fellay l’a encore justifié dans deux conférences récentes. La non rétractation de ce condensé d’erreurs doctrinales reste comme un péché mortel sur la conscience de la FSSPX qui salit son âme et détruit son unité.

Ce « petit clerc de province » est prêtre, avant d’être prêtre il est baptisé, il a donc le double devoir de dénoncer ce scandale public, car ce scandale est une atteinte publique et directe contre la Foi. Aucune autre considération n’a d’importance, que ce soit le ressenti de tel ou tel, le départ de tel ou tel, ou les états d’âme des uns et des autres.

Non, ce sujet ne concerne pas que Mgr Fellay qui reste silencieux, car il n’y a pas que Mgr Fellay qui aurait le devoir de réagir. Devant un tel scandale, c’est tout le peuple chrétien qui devrait crier son indignation et sa sainte colère, et faire retentir au visage du pape François un Non Possumus catégorique.

Les mêmes qui n’ont pas voulu réagir au scandale d’Assise renouvelé et commémoré par Benoît XVI, les mêmes qui ont refusé de s’indigner de la béatification ignoble de Jean-Paul II, ne sont pas différents de ceux d’aujourd’hui qui voudraient que le silence régnât pour la mise sur les autels de ces deux révolutionnaires.

« Ce pape d’Assise va, après une fausse béatification, être mis sur les autels. Disons-le tout net : ces autels ne sont pas catholiques et nous ne pouvons nous reconnaître dans ce simulacre de cérémonie. C’est une singerie. », Canonisations des papes Jean XXIII et Jean-Paul II : Non possumus, par l’abbé Rousseau – 3 octobre 2013

La crédibilité de Dieu et de ses apôtres n’est pas la même que celle des mondains et de leurs petits calculs bien éloignés de toute notion surnaturelle.

« Mgr Lefebvre n’a pas fait de calculs politiques, il n’a pas joué au plus finaud avec les ennemis de l’Eglise, il a essayé de leur montrer leurs erreurs, jusqu’à la fin il dit et montré aux gens de la curie l’impasse dans laquelle ils jetaient l’Eglise, et même s’il savait être d’une grande amabilité avec les personnes, il n’a jamais eu de mots assez durs avec les erreurs. », La crédibilité de Dieu

Austremoine