Trois visiteurs apostoliques à la Fraternité Saint-Pierre

Le pape François envoie trois visiteurs apostolique à la FSSP, en la personne de :

–          Mgr Vitus Huonder , évêque de Coire (Suisse), Visiteur principal

–          Dom Hervé Courau, osb, Père abbé de Notre-Dame de Triors

–          Mgr Fabian Bruskewitz , évêque émérite de Lincoln (États-Unis).

Ces trois envoyés sont plutôt réputés « conservateurs », avec toutes les nuances que cela comporte. Il est vrai que leur profil ne pouvait être plus favorable à la FSSP. Il est à noter cependant que ces trois visiteurs sont tous attachés au concile Vatican II. Mgr Fabian Bruskewitz s’est même montré un ennemi farouche de la FSSPX n’hésitant pas à fulminer en 1996 un décret d’excommunication pour les fidèles de son diocèse qui fréquenteraient les chapelles de celle-ci. Ce décret a d’ailleurs été confirmé par le Vatican le 24 novembre 2011 – sous le pontificat de Benoit XVI – par une lettre du cardinal Giovanni Battista Re, le même qui signa le décret de la levée de l’excommunication des 4 évêques de la FSSPX le 21 janvier 2009 !!!

Cependant cette visite qui s’annonce sous des auspices plutôt favorables n’est pas sans en rappeler une autre : celle du cardinal Gagnon en 1974 à la FSSPX et ses communautés amies.

A l’époque le visiteur apostolique n’avait pas tari d’éloge sur l’œuvre de Mgr Lefebvre et disait à qui voulait l’entendre son admiration pour cette œuvre d’Eglise. Et il n’y a aucune raison de douter de la sincérité des propos tenus par le cardinal.

Mais de retour à Rome, sans que jamais d’explication ne fut donnée, le rapport fut conservé secret. Rien n’en fut publié. Il filtra cependant que la cardinal y affirmait que les fidèles suivant Mgr Lefebvre étaient de bons catholiques, très attachés au pape et à l’Eglise. Mais un tel constat devait se retourner contre Mgr Lefebvre, ses ennemis étant persuadés qu’une condamnation pontificale éloignerait les fidèles de Mgr Lefebvre. C’est le contraire qui fut observé en 1988, d’où la nécessité pour Rome de créer la FSSP afin que les fidèles attachés à la Tradition se détournent de la FSSPX.

Ce court rappel historique permet deux observations :

–          Tant que les autorités romaines restent attachées au concile Vatican II elles ne peuvent que vouloir, et c’est bien normal, amener l’ensemble de l’Eglise à adhérer à ce concile et appliquer ses réformes directes ou indirectes. Tout ce qui pourra sembler plus ou moins favorable à la Tradition ne peut être concédé ponctuellement que dans ce but. C’est ce qui c’est passé avec la cardinal Gagnon en 1976.

–          On ne peut que souhaiter à la FSSP que la visite dont elle est l’objet se passe au mieux. Et il y a fort à parier que ce sera le cas, pour deux raisons : il existe à Rome effectivement des prélats qui tentent de favoriser tout ce qui peut aller dans le sens traditionnel, et d’autre part ceux qui veulent aspirer la FSSPX pour la « conciliariser » ont besoin de montrer un visage qui ne soit pas défavorable. Cette dernière raison est d’autant plus valable après la destruction des franciscains de l’Immaculée pour cause de « lefebvrisme ».

La Fontaine ne racontait pas autre chose dans sa fable du corbeau et du renard. Le corbeau méfiant finit par lâcher son fromage sous les flatteries du renard. « Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute ? ».

Combien faudra-t-il de fromage dans la gueule du renard pour cesser de croire que le renard ne veut pas autre chose que de manger le fromage ?

Austremoine