Une FSSPX catholique les dérange

Une FSSPX catholique dérange. On essaye bien de l’affubler de toutes les étiquettes sensées déranger, ainsi on parle d’intégristes, d’anti-sémites, on nous présente comme étant peu délicats et pas très gentils, mais…mais tout cela ne fait pas de nous des non catholiques!

Et son éminence Mgr Morerod en est très tourmenté, tout comme son confrère de France Mgr Planet. L’un et l’autre affirme sans ambages qu’il serait tellement plus simple que la FSSPX ne se dise plus catholique, comme cela elle rentrerait dans le cadre d’une dialogue oeucuménique.

Et bien non. La FSSPX est catholique, ils le savent, et ne peuvent dire le contraire. Elle est tellement catholique que son catholicisme met en relief les carences doctrinales d’une hiérarchie qui se dit catholique mais qui ne l’est plus depuis le funeste Concile Vatican II.

La FSSPX n’a pas de magistère, elle ne fait que rappeler la doctrine constante de l’Eglise depuis presque 2000 ans, doctrine de tant de papes et de Conciles qui s’opposent de façon dotrinale et pratique aux délires conciliaires.

Déclarer la FSSPX hérétique, ils ne le peuvent, à moins de déclarer la doctrine de 2000 ans hérétique. Déclarer la FSSPX schismatique est difficile, car il manque de sérieux arguments et cela ne colle pas très bien dans un langage oeucuméniste « ouvert ». Et puis sur quelle base ? Sur la base d’une désobéissance à l’heure où des conférences épiscopales entières défient le pouvoir du pape ? Ce ne serait pas très crédible.

Et puis surtout, toutes ces vexations n’ont plus de prises. L’effet « kiss cool » est terminé. Ce que le monde voit est une jeunesse qui aspire à une religion du sacré, une jeunesse qui aime la messe en latin, qui veut une cohérence dans la doctrine, qui veut des repaires. Une jeunesse en somme qui veut tout ce que le concile Vatican II a détruit. Ce concile a été dépassé avant d’avoir été achevé.

Dans cette nouvelle église de l’Homme qui s’est fait dieu, les atteintes au Vrai et Unique Dieu ne gênent pas. Laisser l’hérésie prêchée dans l’une de ses églises ne perturbe pas Mgr Morerod. Par contre, laisser des adeptes d’une Fraternité que beaucoup voudrait à tord négationniste et antisémite, voilà quelque chose d’insupportable à leur yeux d’idéologues.

Sauf que n’en déplaise à Mgr Morerod, le protestantisme prive une âme du paradis, du salut éternel, pas le négationnisme. Le salut éternel doit être une préoccupation présente et primordiale pour chacun d’entre nous, les chambres à gaz c’est de l’histoire avec un petit « h », lointaine maintenant…

Vraiment ces progressistes sont des hommes du passé…

Austremoine